Disgracieux

De l’exposition… L’obsession de se montrer pour attirer l’œil… Les commentaires… Et les échanges classés Xxx.

Montrer combien son corps progresse grâce au sport… En être fier… Je valide…

En faire le principal sujet de publication sur son réseau social favoris… Je dis non. Je complexe du miens certe… Mais je sais la suite donné à ces exposition de corps dénudé… La drague…le sexto… La trahison ?

Gênes et complexes qui vont avec… Et surtout découvrir que cette obsession n’a sans doute pour but que d’attirer que des commentaire à la limite du graveleux… J’ai appris il y à deux ans que ces choses menaient parfois à la destruction des êtres fragiles… J’ai appris qu’à trop montrer on fini par trop dire… Et on se perd… On se montres.. S’exhibe

J’ai été choqué… Violenté de découvrir que certains que j’aime fort se ballade sur des réseaux qui se sont spécialisés dans la photos de cul…

Je ne suis pas un saint… Je n’ai aucunes leçons à donner… Mais je sais ma suite de ce genre de publications… J’en mesure d’autant plus les mensonges…

Pourquoi ? On m’a encore mentit… Alors je quitte les dit réseaux… Bye-bye Vero… Je purge instagram… Je m’éloigne de mon téléphone… On vit tellement mieux dans le réel… Quitte à être seul… Avec ma musique qui me parle des mes fêlures… Mon chien… Mon chat et mon mari seul pansement à mon déséquilibre.

Je suis peut être pas prêt pour ce monde… Tout me déçois… Je devrais arrêter de croire à la pureté… Arrêter de croire en faite… Pour éviter de partir trop tôt.

Étalez vos chaires… Je reste avec mes complexes… Ma vindicte et ma solitude… Je préfère ça a de nouvelles déception amenés par la découverte de clichés tellement clichés…

Publicités

Storer

Des clics, des claques…rien ne passe , tout me leste. Mais rien ne reste, tout n’est que zeste!

Des claques, à peine passé d’il y a deux ans…j’ai purgé tout ce qui ramenait aux ombres de ceux qui m’ont détruit encore une fois. Désormais j’ai appris à ne plus avoir confiance en personne, vivre seul replier sur mon Amour.

Seule résistance forte de mon ancienne forteresse dans laquelle j’avais laissé rentrer par erreur des chevaux de Troie, profitant tel un prince d’Ithaque ravageant comme jamais le coeur , l’âme et le corps.

Mais la lumière renais de la forme du corps retrouvé, l’alcool à laissé des trace. Drogue salvatrice qui conserve les erreurs pour en faire preuve d’une force.

L’Amour à prouver sa force éternelle. Un messie debout, dont le bâton ouvre les eaux…suivre, porter parfois, pousser, tenir…aimer.

L’avenir se repense, ailleurs peut être là ou la soleil cogne les échos blanc des marbres antique, peut être là ou les anciens normands ont pris la mer pour la première de leurs sagas.

Ailleurs être fort de l’abstraction, malgrès mes doutes et mes questions, mes peurs sont ma force à présent.

Je plane sur mon empire et exil les autres au moindre faux pas. J’ai 40ans, plus envie d’embarras.

 

Jeg er stor! Og du er ikke!

Jeg elserker mannen min mer enn noensinne!

 

Jeg elsker og jeg lever hardt! 

I dag jeg vil glad vaer. Jeg vil elsker mannen min. Jeg skall har mye reis med han. Vi skall går i Portugals . Vi vill ei hus kjopper. Etter vi vill har ei fransk kaffe. Mannen min og min, vi liker søn . Vi liker middelhavet! Vi dromer leve i Lisboa . Jeg er stolt …jeg laerer norsk i åtte måneder ! Og jeg kan bare snakke og leser bare tekster. Det var en drøme for meg! det er takk til kjærligheten. Det er takk mannen min. Jeg elsker han! han er den eneste kjærligheten i livet mitt!

Ailleurs

il_fullxfull_1205823689_hg68

 

De mes 40 années passées, l’impression d’un vide. Heureusement j’ai donné de l’amour sinon je vous dirais ma vie est ratée.

Des questions sur demain? mais combien de temps vais je encore vivre?

Si j’en crois les statistiques j’en suis à plus de la moitié de mon existence..passé dans des jobs médiocres à ne pas pouvoir en vivre , gagner de l’argent pour juste payer de quoi vivre et mes dettes effacés il me faut encore payer celles des autres….fatigué de devoir tout compter.

Mais là j’ai l’idée…quitte à tomber de haut autant que je monte moi même. Au moins la claque je sais d’où elle viendra…

En parler, le modeler…alors viens chéri on y viens enfin…là ou l’automne me fait renaitre. Là ou nous seront encore plus passion que nous le sommes déjà qui à nous consumer!

Là ou nos cœurs battent plus fort que les sonneurs du glas de St Pierre…Viens amour te répendre contre moi, là suis moi, là en moi…plus fortement que jamais!

Je suis las d’attendre! on se prend par la main avec amour violence et on se jette. Découvrir les autres sans arrières pensées. Jouer de nos corps ailleurs avec eux pourquoi pas comme nous l’aimons parfois . Vivre de notre labeur autrement…là bas sous le soleil des nymphe ou ailleurs… Lâcher l’hydre de nos envies de liberté et de challenges!

Mais prend moi ailleurs! et surtout prend moi et loin et maintenant….Charon attendra quelques heures encore!

Qu’on s’aime encore longtemps comme on s’aime fort aujourd’hui!

Isolement

Qu’il n’en reste rien, ni un mot, ni un bruit, ni un echos.

Etre sociable m’a fait plus de mal que de bien. Faire confiance aux autres, j’ai payé chère d’avoir ouvert ma forteresse un soir d’avril.

A trop gasouillé on en perd les chemins du réel.

Etre seul finalement c’est ce qui m’a toujours été, autiste il parait que cela s’appel…un autisme différemment, mais autiste quant même.

Alors je vous laisse les débats stérile en 140 caractères, je vous laisse échanger les pics de vos queues en DM, je vous laisse compter le nombre de like sur le livre des visages…je vous laisse à default de vous laisser tout cours.

Je vais me lover contre mon homme qui à su me dire je t’aime.

Je vais chouchouter mes animaux même si l’une d’eux me manque chaque jours que Dieu me fait vivre…être séparé de sa sépulture m’est tellement intolérable.

Je vais pour ma part continuer à voyager avec le seul Amour de ma vie, apprendre à parler norvégien. Essayer de sauver le peu d’amis que je crois être des amis…que j’espère comme tel…

Je referme toutes ces lignes de codes qui me pèsent, me blesses…

Vivre amoureux est ma seul richesse…alors je vais aimer et être libre de ne pas dépendre de notifications ou d’actualités anxiogènes qui pour mon coeur d’inadapté sont trop de violences.

Le dernier souhait serais de quitter ce job qui ne me permet de vivre que pour payer mes dettes (ou celles de mes parents), trouver un boulot utile et qui me permette de vivre dignement…une sorte « d’invitation au voyage »….

Allé j’arrète là, Gunthet et Skylos m’attendent et j’ai un homme à aimer.

 

Corps difforme

 

Mon corps se déforme et devient difforme…sous l’effet du lâché prise il y à un an au profit du spleen, j’ai laissé allé l’alcool dans ma chair et abandonné tout efforts que j’avais pourtant réussi à réalisé pour me sculpter un corps à l’image de ce que je souhaitais.

Mon corps semble aujourd’hui éloigner le regarde, détourner de ce que j’aimerais renvoyer. Je suis devenu bedonnant et malgré le régime et de pathétique efforts de fausses gym…toujours à stagner…

Je suis des ces futurs quarantenaires en route pour le ventre tripotant… alors je vais faire l’effort de me priver à default de pouvoir me bouger correctement.

Le jeune pourquoi pas?

Je vois les autres autour de moi se montrer fier e(t ils ont raison) de leurs progrès au sport, de leurs corps taillés par des séances de travail, et indubitablement je me compare… et je comprend le rejet de mon corps.

J’ai toujours vécu dans un corps mince…voir maigre…avoir il y a de cela peu dépassé les 70kg à été un choc, une chute.

Aujourd’hui je me sent désemparé et seul face à ce combat que je suis le seul à pouvoir mener.

Mais tellement l’impression d’être honteux et de ne plus être de ceux que l’on regarde…que le virage de la noirceur pousse à l’isolement…Je ne suis pas celui que je suis, ce corps n’est plus le miens…je ne me reconnais plus dans la glace et les vêtements trop serrés ne font que faire échos à tout cela.

J’ai envie de me battre, mais ne dispose pas des capacités pour le faire…

Je suis le clochard accroché à sa bouteille qui regarde passé le bourgeois en se disant « demain je réagis » mais rien ne lui en laisse le temps, car le temps cours plus vite que lui.

Bref je me sent gros et qu’on arrête de me dire que je ne le suis pas…c’est un avis subjectif…je n’aime pas mon corps alors comment voulez vous l’aimer!

j’ai un mois et demi pour changer!

 

Dans un mois un an. 

Dans un mois cela fera un an.
Nul ne peu comprendre l’état de dévastation qu’il a pu régner en moi. Nul ne peut entendre le souhait que j’ai eu d’en finir.
Les points de sutures tanguent et tirent encore aux moindre faits… Mais je les recouvrent encore de mercurochrome pour les calmer avec l’aide de mon Homme… Resté là à m’aider à oublier. Plus aimant que jamais.
Aujourd’hui nul ne peut se vanter d’avoir ma confiance aveugle. Tout ça c’est fini. Trop de coups de pieds dans le ventre. De maladresse et de non dits. Plus que jamais je sais que je suis seul. Même si je gardes quelques uns à mes côtés… Je douterait à jamais des autres à cause de ce 6 avril. Les trahisons a jamais ont ouverte la porte d’une certitude… Il n’y a que l’être que j’aime qui compte.
Je préfère vivre seul que de vivre dans la courtoisie de la trahison.
Dans tout cela j’ai laissé ma tendre Buffy seule là bas et ça je ne peu me le pardonner. Enfumé par le séducteur pour m’endormir et me poignarder un peu plus… Utiliser la mort pour arriver à ses fins.. Comment avoir de la compation pour ce genres de personnes. 
Dans tout ça j’ai vu tomber les couples et exploser à trop sauter l’un ou l’autre, je sais tellement de mensonges qui pourraient un jour je le sais faire exploser d’autres, mais j’attends mon heure que les êtres soient moins fragile… Mais une choses est sur… Les secrets sont fait pour être avoué. Dans tout ça mon cœur est mort encore un fois… La seule partie de lui qui survie aujourd’hui est celle qui vit pour aimer l’Homme de ma vie…elle existe plus forte que tout. Plus disponible et aimante que jamais.
C’est l’essentiel je l’ai sauver lui. Et je l’aime plus que jamais même si je ne serai jamais à la hauteur de ses attentes. Il est l’évidence malgré les ombres passés.