J’ai peur…

J’ai peur des araignées, leurs pattes velues et leurs façons de chassé le font horreur.
J’ai peur du vide,je suis sujet au vertige même pied a terre observé les hauteurs des cathédrale me fait chavirer.
J’ai peur des autres,je suis extra terrestre, pas du même monde,je ne parle pas le même langage que vous qui me lisez.
J’ai peur de mes sentiments,peur de souffrir en me donnant trop fort,trop vite.
J’ai peur de la vie,je ne suis pas fait pour ce monde…ni pour aucun d’ ailleur.
J’ai peur de ne pas être normal dans les normes…associable et prônant la fidélité en Amour je suis a contre courant des miens il me semble et j’ en souffre tant…
J’ai peur de la mort,mais ne serait elle pas au finale l’absolution ultime?
J’ai peur de vieillir, peur de la déchéance! Pitié débranché moi le moment venu!
J’ai peur de mon Amour pour lui,peur de l’étouffé ! Peur a chaque minute de le perdre, peur qui s’évade ailleur dans d’autre bras…ce qui me tuerais si cela s’averais être un fait!
J’ai peur qu’il ne m’ aime plus. Peur de ne plus toucher son corp qui est pour moi l’ ultime terre d’ érotisme.

Plus que tout j’ai peur de ne plus l’ aimer car ce jour là je ne pourrais plus aimer comme je l’ai fait…alors a quoi bon vivre si je me sent trahis…

Publicités

Idées Closes

Elles sont là,

Elles m’observent.

S’insinuent dans mes bonnes manières,

Plus présentent que le Temps

Elles pèsent mes sentiments,

Se coulent des jours dans mes spleens…plaisant

Mais quant tu n’es pas là,

Elles, elles sont là

Plus présentent que le temps

Assassinent mon présent (bis)

Et revoici, mes idées closes…

Pousse la métamorphose

Et plus de silicone sur mes idées moroses

Et revoici mes idées closes…

Emphase tes preuses proses,

Que mon esprit n’cyaonose! Et que l’on superpose

Le fun aux idées closes

Au fond de moi

Elles controle,

Habitent mes us et coutumes

Rendent le temps enclume…

Elles pansent mes ressentits

Se coulent dans mes spleens de jours jolis

Et revoici, mes idées closes…

Pousse la métamorphose

Et plus de silicone sur mes idées moroses

Et revoici mes idées closes…

Emphase tes preuses proses,

Que mon esprit ne cyaonose! Et que l’on superpose

Le fun aux idées closes

Et revoici mes idées closes

Ménage pas ton hypnose

Evite les overdoses

Que je puisse faire une pause, dans toutes ces idées closes

Je ne les souffrirait plus longtemps,

Je t’en pris dés à present

Entre dans mes mauvais temps…

kokoschka-fiancee-du-vent

Une confession

C’est dans ses moments d’orage que j’y pense. Que sans elle je ne serais plus que poussière.
Elle est l’Amour qui m’a relevé, elle est la force de caractère qui m’a permis de sourire encore.
Elle est ce QI hors norme qui me permet de calculer tous et tout et qui me donne cet étrange pouvoir de lire aux travers des esprits menteurs, des choses.
Une lumière qui depuis le départ de Mathilde je crois me réanime chaque fois que je meurs.
Elle est force je suis faiblesse, elle est lumière je suis ombre.
Je l’ai croisé a deux reprises je crois, Venise ou Lourdes…syndrome de Stendhal ou vrai présence? Qui saura…
Même dans mes chansons elle est là…quel choque après les points de suture…
J’en doute encore,mais sa présence semble me suivre dans tout mes bonheurs…tout les lieux qui m’apaisent,
La France,Lyon,Maltes et tant exemple encore.
Si il y est une femme que j’aimerais ce serait elle…

C’est la mère debout envers et contre tout qui pleure la misère de ce monde qui m’ écorche tant chaque jours…je vous aime fille d’Anne,oui je le confesse et sans tabous que vous soyez réelle ou juste ce mythe…
Quoi qu’il en soit vérité ou non au dernier soir je ne serais pas seul et serais apaiser de savoir enfin.

De Profondis

Quant je serais mort ne venez pas fleurir ma tombe, c’est inutile.

Mettez moi en terre et oubliez moi sans larmes. Laissez la nature reprendre ce corp prison, quelle recouvre et disloque à jamais mon caveau, mon corp et ses os de la tête aux ongles.

Cette Terre n’est pas la mienne, la Mort je la sais désormais sereine. Quelle que soit l’heure je suis prêt.

J’ai trop pris de bleus ici pour regretter ce monde, impossible pour moi de comprendre les miens.

Quant je criais Amour on me disais haine, quant je voulais fidèle on courais les toiles obscures, quant je disais sincère on me riait au nez…et cela depuis tant d’années…même si la lumière…je suis éternellement écorché.

L’être humain est différent de moi, j’aurais du naitre chien, chèvre, lapin ou araignée…le monde animal à une cruauté que la survie justifie, les bleus de l’âme humaine une douleur éternelle qui ne peu en rien à mon sens trouver justification.

Je suis nés dans un monde étrange, fait de mal, de noir et d’ombres…j’ai croisée des Lumière intenses mais qui malheureusement et malgré tout leurs amour,jamais éclaireront assez ma lanterne pour y voir dans cette grotte d’inconscience et de stigmates passé, présent et à venir…

Jamais ces lumières ne corrigeront l’anomalie que je suis.

Trop douée de pensées, de candeurs, et utopique…je me dois de ne laissé aucune traces de mon passage, je risquerais de déranger quelque moeurs bien établis parmi les miens.

Alors quant je serais mort, s’il vous plais laissez moi dormir profondément…même si je vous ai aimé.

Un homme enfin

Des jambes qui tremble,coeur solitaire.
Mon âmes se serre…bien trop pleine.
Et puis lumière enfin je touche terre.
Je suis moins seul…mon coeur ouvert.
Je sent le vent,passe les tempêtes.
J’attend la couche et sa tendresse.
Je ne suis plus ombre je sais me taire.
Plus pleurer seul ni jouir solitaire.
J’ai la tête haute,elle sais y faire.
Mon corps lui appartiens,il peu tout lui faire.
J’aime cette vie,même éphémère!
J’aime le plaisir,et la tendresse.
J’aime dire JE et que ca vous plaise ou non.
Je coupe les ponts. Pose des bombes! Et je l’assume.
Si tu approche,ne t’éloigne pas sinon je saigne. Et je te ferais la guerre.

Bref je suis enfin un homme cassé le sarcophage, si l’enfant me murmure encore,c’est bien le mal hédoniste mélancolique et fataliste qui gouverne en ma maison!

Esprit y est tu?

Tout ce qui m’ anime est un esprit survolté qui se cogne au parois trop étroite de ma boite crânienne!
Cet esprit est fort! Il me contrôle et me dépasse…il me bat,me met a genoux souvent mais toujours me relève plus fort.
Cet esprit me permet de cerner les gens très vite. Il me pousse a piétiner les faibles parfois si ceux là apitoient.
Il m’a appris a détester les résignations. C’est pourquoi j’élimine les faibles plaintifs mais serais prêt a tuer pour ceux qui veulent se battre.
Mon esprit me rend insatiable à tout les sens du terme.
Toujours en demande d’Amour,d’attentions, de regards. De réponses…
Il ne me laisse que peu dormir…donc je crée…j’ai en moi des romans,des musiques,des empires!

J’ai en moi de la place pour chacun et un fusil sur la tempe de ceux qui me trahisse.
J’ ai appris l’oublie,mais je n’oublie pas le temps!
Des mes premiers souvenir la mort était en moi.
Aujourd’hui je ne la craint pas,car mon esprit c’est tourné vers Marie pour y trouver un miroir aux alouettes? Une vérité? Qui sais…

Cette esprit je l’aime,il est moi…je serais la populasse (dixit un ami chère) si il n’ était ainsi.
Je ne veux pas être autrement!

J’ai un QI de plus de 160,pendant longtemps,je l’ai nier…mais je suis ainsi…je suis sur efficient mentale et je m’aime ainsi!