Pénitent scier!

De ces douleurs carcérales,je sais qu’ un jour je ne me réveillerais pas…ces prisons aux murs toujours plus épais et sombre.
Hier j’y accrochais encore des images de mes idoles. Aujourd’hui même celles ci revêtent le vêtement du démon.
Les murs semblaient se fissurer, mais ils vont juste sur moi s’effondrer.

On retrouvera le corps encore endolori des piqures quotidienne de l’Amour qui me maintiennent en vie.
Mon cerveau aura lui deméningé depuis longtemps,inévitable décrépitude et pathétique certitude programmée.

On retrouvera sous ma couche des papiers usé d’y avoir trop souvent écrit »je t’aime » à ceux que j’ espérait mes amis. Certain seront brûlé de m’avoir mon temps volé, d’autre emmagasiné dans des papiers de soie,pour qu’a jamais ils m’accompagnent.

On ne retrouvera rien en revanche de cette enfance trop longue et solitaire si ce n’est que des bouts de rêves angoissé qui m’auront hanté jusqu’au bout et cimenté ma peur de l’autre.

Les larmes sur mon visages pourront témoigner combien j’ai souffert d’être si différent…que ce sarcophage était peines et lourdeurs de l’âme.

Les dernières vapeurs d’ éthanols s’envolent aux derniers sons de ses notes qui sont en sommes avec l’Amour mes seules pansements…je tourne le dos…le mur se craquelle…j’entend la Terre,j’attend l’éther…mes maux…les derniers mots…maman je t’aime et toi m’ as tu aimé?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s