Certitude

Et puis cette page qui plisse en moi
Comme un vertige, comme un effrois
La solitude vieille habitude
La mort pour seule certitude
Et puis cette ombre qui lui en moi
Et la qu’il lise dans mon état
L’encre de sa propre cervitude
Les maux de ses ratures
Et puis l’amer qui cesse en moi
Comme un voyage d’avant les émois
Le sexe tendu, chaud se deploit
L’amour exprime le mieux de soit.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s