Après

Je suis le volcan qui n’érupte jamais.
Je suis les sentiments trop plein qui tournent aux calvaire.
Un autisme divers glace mon sous la neige.
Pose ta main si de toi je ne diffère. Allège l’autre, fait moi léger comme l’éther.
J’attend encore prostré que se disperse le mystère…le mystère de mon être qui cède sous les coups des désillusions.
Coincé toujours là bas au fond…pourvu qu’on me vois plus jamais…ainsi je ne souffriraient plus jamais… Que mon coeur s’arrête.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s