Il

Soupir et sourires, le temps va moins pire depuis lui.
De ses mots que je sent je retiens les sentiments. J entend malgré tout le glas qui sonne…qui à toujours sonner en moi depuis ma naissance raisonne.
Sa présence et ses gestes, sa douceurs ses maladresses… Tout son être me calme.
Je n ai jamais jouie autant que lorsque qu’il me transperce de son dard rigide et euphorisant.
Jamais la chair ne m’a autant satisfaite.
Jamais la vie ne m’a parue aussi légère.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s