Ce sera demain peut être…

image

Regarder la fenêtre…envie d y plonger
Regarder la voie du train…envie de s y jeter
Regarder le pont au dessus du fleuve…envie d en sauter
Regarder l’arbre…envie de s’y pendre
Regarder la boîte de cachets…envie de tout avaler
Regarder en arrière,se sentir salie…a en pleurer.

Se réveiller les yeux humide…vivre encore un peu…cela a faillit être pour ce jour…attendre un peu que les quelques uns qui m entourent à leurs tours trouvent mieux à faire que de me supporter, ne surtout pas les blesser car je le aime…je vais donc attendre qu eux ne m aiment plus comme tant on pu en leurs époques m’oublier si vite.

Publicités

État là

Il y a des jours ainsi…l’âme se sent lourde et imbécile. Vaniteuse et arbitraire.
Ces jours ou l’on aimerait s’extraire le coeur et le piétiner…le pire c est de ne pas savoir…Ne pas savoir pourquoi je pleur. Pourquoi le marbre cède sous le gel et se craquel.
Les rayons printaniers sont là pourtant et me réchauffent la face. Mais l’amer goût de fruit trop vert remonte et exploque dans ma bouche.
Je l’ai pourtant cette Amour…cet homme là soutient et pivot.
Je continu pourtant à grandir…j’ai rencontrer l’echos de ce que je suis…le lui…sant partage de tout,qui m allège du rien qu’est ma vie…
Tiens et si c’était ça le mal. Le rien. Je n’est rien fait. Je disparaitrais sans traces. Même mes parents m’ont oubliez aujourd’hui…alors demain…qui pourrait bien se souvenir de moi.?
Et là regerme cette idée,graine printanière de spleen que la solution à ce plomb qui m’immobilise…c’est le point final choisi.