Que Marie m’appelle

stabat-mater

Quant parfois la peine tourne à la douleur je sent que Marie m’appelle.

Quant je tourne aux quatre vents, mon cœurs ne sent plus les fleurs, que Marie m’appelle.

Quant las de voir la haine dépasser la douceur, que Marie m’appelle.

Quant je suis au sol et que meurt les lueurs, que Marie m’appelle.

 

Quant je sais que je ne connaîtrais plus l’émois, que jouir semble se payer à chaque fois…

Je vous le dis je me dis « C’est Marie qui t’appelle »

Elle m’appelle à retrouver ces bras maternelle et aimant que je n’ai jamais connu et perdu quant même.

Elle me guide vers elle qui me protégera au coté de l’Éternel.

 

Et puis soudain factieuse comme celle que j’aurais pu aimé, Marie me dit « reste encore un peu là »

Elle me jalonne alors le chemin de rencontres plus singulière que plurielle, qui aident à se dire…

« Tiens bon ici bas »

Tel des Loups  en cavalcade sur mon âme en charpie, elle lance des ondes qui réveillent.

Un autre matin? Une simple parenthèse? Faire fit de demain enfin!

Sauter à pied joint dans la vie, la main tenue forte accrochée aux crinières argent des canidés.

Et si je taisais la question..tant que Marie m’apaise !

 

hommeporte

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s