Le fantome de Mathilde

image

Ma mémé est la seule qui lorsque j’étais enfant, osait me donner de la tendresse.

J’aimais à passer du temps lors des vacances, seul avec elle dans cette vieille maison de campagne. On passait les soirées à parler…moi du haut de mes 8ans…elle me parlait de son enfance….j’aimais à lui brosser ses longs cheveux gris.

Ma mémé si tendre était pourtant l’enfer faite femme pour tout les autres, ses enfants, sa famille…son entourage.

Mais elle était pour moi l’équilibre et le seul nid d’amour de ma jeunesse…la douceur que je refusais aux autres, qu’on me refusait aussi car je ne savais pas parler…

Ma mémé était né en 1917 en Ardèche dans une famille bourgeoise désargentée de fois protestante, qui n’avait plus comme façon de se différencier des ouvriers que ses valeurs et sa morale.

Ainsi la jeune Mathilde n’avait jamais entendu personne lui dire je t’aime ou lui témoigner de la tendresse et encore moins de l’amour.

Lorsqu’elle à trouvé un homme qu’elle pensait aimer…elle avait fait le choix d’un apprenti mineur de fond…honte sur elle…sans argent le couple se résout à voir Mathilde travailler…

Pas n’importe quel emplois, elle sera sténo dactylo! mais humiliant pour sa famille…elle travail et son mari est ouvrier..même si très vite il deviendra grâce à son mérite ingénieur de sécurité et élèvera sa famille dans le confort bourgeois des années 60….humiliant donc…et ma grand mère verra tout les siens lui tourner le dos…

Et puis il y a eu les autres, qui parlent trop, tout le temps…qui plaignent mon grand père et oublis la douleur de mémé…comment pourrait elle leurs faire confiance…eux n’on jamais connu ces douleurs…alors elle en parlait à moi…loin de pouvoir tout comprendre à cette époque…comme si elle savait que plus tard je porterais les même cicatrices…

Ceux qu’elle pensait ne jamais avoir aimé, car elle ne savait pas ce que c’était…tous lui manque subitement…alors elle s’oublie…elle s’évade…Gin, Vin, Cognac…ma grand mère bois…

J’ai appris après sa mort ce travers…j’avais 15 ans quant sa fille m’en à parlé…j’ai nié, j’ai dis NON c’est pas vrai! car à moi ma mémé n’avait jamais montré son coté obscur même si je connaissait ses peines…moi ma mémé je l’aimais et je l’aime encore…ma mémé m’a protégé de ma soeur, de mes parents, des autres qui déjà blesse…comme si elle savait qu’ils seraient les violences que les siens ou été.

Et puis mémé à glissé dans la maladie…l’alzheimer…lentement, mais surement…la mémoire incohérente…La douleur silencieuse…puis la mort.

Mémé est morte un soir d’hiver…comme elle à vécu dans le froid…mémé est morte et ses mots me manques. Ma confidente…Mémé est morte est je ne lui ai jamais dit je t’aime…

Je sais maintenant que mes plaies sont de famille, que mes addictions sont peut être génétique et que même ce qui me tuera est deja dans la famille…

Je sais aussi l’importance de dire je t’aime à ceux que j’aime et de pouvoir se lover dans les bras de la confidence pour pouvoir encore avoir la force de vivre…

Je sais avoir quelques exorcistes prèt de moi…Pourquoi des exorcistes??

Parce que j’ai parfois l’impression d’être le fantôme de Mathilde…qui va expier les douleurs de Mathilde…et les miennes…

 

Publicités

Raison est mort!

image

Être raisonnable…vivre sans passion.
Loin du sexe et du souffre.
Ne plus écouter son coeur.
Plus d’alcool…de bonne chair

Plus de confidences.
Plus d’amour et de mots doux.
Plus de cuir ni de latex.
Exit les orgies et la pornographie.
Les jeux vidéos et la fête fini.
Câliner mes animaux…c’est too much!
Ne plus danser. Chanter et écouter de la musique.
Ne plus se câliner.
Plus jamais masser la tête de ceux que j’aime.
Plus parler des mes passions.
Ne plus raconter n’importe quoi…être ingénue et en rire.
Ne plus avoir d’autoderision.
Ne plus pleurer pour un rien car on est faible quant on pleur me dit on.
Ne plus se laisser allé à la mélancolie dans les bras d’un ami!
Plus d’onanisme…jamais.
Enfin ne plus dire « je t’aime »…même pas à une personnes…alors à plusieurs…plus jamais…
Ne plus aimer!

Au final être mort quelque part?

Et bien je vous emmerde car moi tout ça c’est moi! Et je le fais ! Et je suis vivant et je l’assume !

Cuir

image

ATTENTION CONTENU À CARACTÈRES SEXUEL (mais pas que)

Le cuir est doux. Il glisse sur la peau. Douces odeurs de vertige.
Le cuir attache les corps et sublime les forme.
Le cuir frappe et donne envie.
Puissance érectile des matières.
Le cuir envole les sens.
Il sais lier les corps comme l’orgasme les libère et les unis.
Je sais le cuir secret. Habillant les chair pour mieux les pousser à parler.
Je sais le cuir indestructible…je sais le lien orgasmique du corp lié de cuir par le toucher des sens…
Une fois le corp partis…l’âme se libère et plus que jamais l’orgasme uni à jamais les âmes égarées entre elles par des liens de cuir aux couleurs des êtres qui s’aiment.
Le cuir et l’orgasme sont des objets sain de confidences qui lorsqu’ils ne détruisent pas les corps…ils peuvent unir les âmes.

Attache moi.

Humeurs passagères

Je suis dubitatif quant j’ouvre mon compte Twitter.

De plus en plus l’intérêt de ces lieux m’interroge.

En effet quant j’ai découvert ces outils, j’y laissais du temps, des mots et y redécouvrais des sentiments de sécurité qu’on appel l’amitié, que j’avais perdu.

Twitter surtout m’a permis de comprendre un peu mieux que l’on peut faire confiance. J’y ai rencontré au moins deux âmes que je compte bien garder au chaud de mon coeur et aimer jusqu’a la mort.

Mais désormais…j’ouvre twitter seulement 5 ou 6 fois par jours…avant c’était toutes les dix minutes…et là ou j’y lisais avec gourmandises les quelques petits événements fort, drôles ou humeurs légères ou non de mes contacts. Là ou j’y apprenais comment tournait le monde autour des comptes officiels….Et bien aujourd’hui…le néant!

En effet je découvre avec lassitude que certains semble passer leurs mornes existence à raconter leurs faits et gestes toutes les 10minutes.

Moi qui pensais en dire, en faire trop…qui pensais ma vie sans relief…me voilà rassuré ( pour moi)

D’autres semblent confondre twitter et grindr….autant je suis très sexualisé et je l’assume pleinement, autant ne parler ou ne plaisanter qu’autour du cul…c’est limité après comme rapport!

Et il y à ceux qui ne se parle qu’a eux même et qui ne réponde jamais aux autres…genre star mystérieuses…

L’intérêt de twitter qui reste, c’est la circulation d’informations. Je suis bluffé sur la facilité à dire, confesser ou pire médire sur les autres alors que tu ne connais même pas la personne a qui tu t’adresse… Le mensonge et la médisance…voila tout ce qui me dégoute le plus au monde!

Bref tout cela me fatigue, et surtout alors que twitter m’avait redonné confiance aux autres…là j’avoue que twitter me ramène en arrière, et que nombres de personnes me déçoivent tant je lis les mensonges, les arrières pensées…les égoismes ou narcissismes…

Alors je mute, et ouvre twitter comptes par comptes, plus de #TL. Je vais directement là ou mon coeur est au chaud.

Je suis chiant, méchant, con peut être…mais voila c’est mon humeur du moment.

Au faite pour ceux qui reste…je vous aime!

Seul

Dans une cours de marbre blanc
Viens se poser un corbeau noir blanc
Je l’apprivoise…
Dans un couloir remplis de moires
Lentement deux amants…
S abandonnent à leur petites mort.
Ils sont deux…je suis seul.

J’étais seul.
Seul face au malheur
Seul face au bonheur
De cette lueur qui m’éclaircir
Le coeur…
Seul…
Seul face au bonheur
Seul face au malheur
De cette douleur qui me crevait
Le coeur…

Dans une cours de marbre noir
Danse un renard roux queue en noir
Je l’apprivoise…
Dans un mouvement rempli d’espoir
Lentement j’abandonne
Mon esprit et ses heures mornes
On me tangue…je suis seul!